×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Paradigme

    Par L'Economiste| Edition N°:4017 Le 24/04/2013 | Partager

    Finalement, Hassan II a eu raison et avec lui ce qu’on appelait le «Vieux Maroc». Ils résistaient à la destruction agraire qu’entraînait le Programme d’Ajustement Structurel, s’il était appliqué sans intelligence. Au lieu de la destruction, on a vu un nouveau modèle sortir de terre (sans jeu de mots!) en une génération. Les conditions climatiques continuent de dominer, certes, mais elles ne déterminent plus comme autrefois la vie et la mort des campagnes.
    Vingt ans plus tard, la donne a complètement changé. Nul aujourd’hui n’oserait dire que la céréaliculture, le maraîchage, l’élevage, l’arboriculture… sont de mauvaises allocations des ressources. Sans être agronome ou économiste, on peut le comprendre: les petites fermes n’ont plus l’allure misérable et délabrée qu’elles avaient il y a trente ans.
    Et depuis huit ans, avec le Siam, ce changement de paradigme s’affiche avec fierté. Aujourd’hui, l’énorme succès du Siam montre bien que l’agriculture rapporte, que la ruralité n’est pas une condamnation à la pauvreté ou à l’arriération technique.
    De plus le Salon de Meknès n’est pas seulement ce que l’agriculture et surtout les agriculteurs montrent de leurs multiples métiers. Derrière, c’est le monde agricole qui se donne du sens à lui-même et qui prend du sens dans l’espace économique et social du pays. La ruralité n’est plus l’endroit où l’on parque le maximum de gens, le plus longtemps possible, à marge du mouvement du monde. C’est devenu un endroit où les agriculteurs peuvent gagner dignement leur vie et où les jeunes peuvent rêver de leur avenir.

    Nadia SALAH

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc