×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    Opposition

    Par L'Economiste| Edition N°:924 Le 26/12/2000 | Partager

    Ces derniers temps commence à se développer dans les milieux politiques un discours pour le moin surprenant, sinon inquiétant. Selon ce discours, la presse indépendante dans sa globalité sort de son rôle lorsqu'elle tient un discours critique. Elle se positionnerait ainsi en véritable opposition, rôle qui n'est pas le sien. En réalité, ce discours lui-même constitue un dérapage dont il faut se méfier. Il convient de rappeler tout d'abord qu'en démocratie, les citoyens sont libres d'adopter l'attitude qui leur convient à l'égard de la politique gouvernementale. Ils approuvent ou critiquent ce que bon leur semble. En d'autres termes, dans un système démocratique, les citoyens conservent leur liberté de jugement qu'ils appliquent au cas par cas. D'autre part, le champ politique se caractérise actuellement par la faiblesse chronique des partis de l'opposition. Il existe donc une véritable soif au sein de l'opinion publique à l'égard de tout ce qui constitue une lecture critique de l'action gouvernementale. Cette soif est naturelle, le citoyen ayant besoin du jeu d'ombres et de lumières pour se faire sa propre idée. Lorsque la presse indépendante répond à ce besoin dans le cadre de la déontologie professionnelle, c'est-à-dire dans le respect de la vérité, de l'honnêteté et de la rigueur, elle joue un rôle fondamental dans la construction démocratique. La lecture critique de la politique gouvernementale ne constitue pas pour autant une attitude d'opposition systématique.L'action gouvernementale, quelle qu'elle soit, ne peut prétendre à la perfection.Il est tout à fait normal que la presse, si besoin est, attire l'attention sur les failles et les négligences. Cela ne veut pas dire pour autant qu'elle propose un programme de rechange; elle n'en a pas et ce n'est pas son rôle. Ceci est le rôle de l'opposition, si elle se décide à se mettre au travail.Abdelmounaïm DILAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc