×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Nouveau monde

Par L'Economiste| Edition N°:2635 Le 22/10/2007 | Partager

L’attente est très forte concernant le discours que le président français doit prononcer à Tanger, sur son projet d’Union méditerranéenne…, attente qui sera peut-être déçue si l’on en juge par les propos qu’il tient dans l’entretien ci-contre. Il n’empêche que, dans le contexte mondial, il y a une évidence méditerranéenne un peu face aux conceptions américaines et beaucoup face au monde chinois, plus généralement asiatique. Les lignes de partage, qui seront peut-être des lignes de conflits, vont changer de place, et ce de plus en plus vite. L’évidence méditerranéenne est celle des petits-enfants et arrières-cousins des Romains et des Arabes.Mais qu’à cela ne tienne! Que Paris arrive ou pas à donner rapidement un contenu opérationnel à l’idée méditerranéenne, cela ne change pas la force des relations entre le Maroc et la France, relations de culture, relations d’hommes et aussi relations d’intérêts entre les hommes.Cependant, si la force ne changera guère avec ou sans un projet méditerranéen plus abouti que le navrant Barcelone, la nature et la forme des relations, elles, vont évoluer. Et, par conséquent, il faut être très attentif aux signaux que Paris va envoyer. Le contexte mondial se métamorphose. Il fait de plus en plus dans l’intérêt et de moins en moins dans l’émotion, y compris entre deux vieux amis. Le passage des approches chiraquiennes à celles de Sarkozy, plus soucieux d’énergie, de commerce et de migrations, en est une parfaite illustration. L’intérêt fut, certes, toujours la loi du monde, mais la différence, aujourd’hui, c’est que cette loi s’affiche sans complexe ni fioriture.Le Maroc, où l’on considère encore souvent que ces raisonnements et ces façons de faire sont de la brutalité ou de la mauvaise éducation, est-il bien préparé à ce monde nouveau? Pas très sûr.Dans ce domaine d’évolution, la proximité avec la France peut aider beaucoup: les risques à prendre ne seront jamais très grands.Nadia SALAH

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc