×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Normes

Par Nadia SALAH| Edition N°:4794 Le 14/06/2016 | Partager
salah_nadia_2015.jpg

La pression de l’opinion publique a été assez forte pour que le gouvernement mobilise ses services de police contre les fraudes au bac. Il faudra sans doute mener de telles opérations durant plusieurs années et ce, sans faux pas, avant que la norme soit enfin rétablie. Et aussi que les personnes majeures, auteurs ou complices, soient publiquement punies. Avec circonstances aggravantes si les fautifs appartiennent  à l’Education nationale. La publicité de la sanction est là plus importante que la sanction.
Une reconstruction normative est souvent à ce prix. Certes, nombreux sont ceux qui vont trouver que le prix est disproportionné à la faute. Mais il faut savoir que l’opération est dangereuse. La société civile devra être très vigilante pour que l’opération ne devienne pas un règlement de compte, capable d’introduire la terreur politique dans le pays.
Cependant, réussir cette partie du programme ne va pas suffire.
Cette politique indispensable et complexe pour rétablir la norme, n’exonère personne d’être intelligent pour préparer dès aujourd’hui la suite. D’abord en réduisant les surcharges, réelles et émotionnelles,  pesant sur cet examen.
A l’imitation du système français des années, d’il y a un siècle, le bac pèse trop lourd. Il est un couperet, trop déterminant pour l’avenir des jeunes par rapport à son contenu réel de compétences. Poursuivre le projet de rééquilibrer, et aussi de sécuriser les notes de l’année, est nécessaire.
Et puis, cœur de toute l’affaire, il reste à ce qu’une majorité des enseignants se remettent à respecter leur métier et à se respecter eux-mêmes.  
Et ce n’est pas qu’une question d’argent, de contrôle de présence et de compétences. A condition que les élus et leurs challengers cessent de voir dans l’enseignement des électeurs dont il faut flatter les manquements.

 

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc