×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Europe

    Que peut-on espérer du plan Juncker?

    Par L'Economiste | Edition N°:4406 Le 25/11/2014 | Partager
    Booster la croissance et l’emploi, les deux impératifs
    Le financement, la grande faille

    Pour Jean-Claude Juncker, il n’est pas question de créer de dettes supplémentaires pour les Etats, il faut surtout attirer les investisseurs. … Un grand défi pour le président de la Commission européenne qui présentera ce mercredi 26 novembre son fameux plan d’investissements

    C’EST mercredi 26 novembre que la Commission européenne jouera sa crédibilité. Son président, Jean-Claude Juncker devra présenter devant le Parlement européen son plan d’investissements de 300 milliards d’euros. Lequel devra servir à stimuler la croissance et l’emploi. En 1993, Jacques Delors, alors président de la Commission européenne, avait proposé dans son Livre blanc sur la croissance, la compétitivité et l’emploi un grand plan d’investissement. Adopté par les chefs d’Etat, il n’a jamais été appliqué (cf, notre édition N° 4401 du 17/11/2014, Trois leviers pour l’investissement en Europe, par le Pr. Jean Pisani-Ferry).
    Aujourd’hui, le plan Juncker est déjà décrié avant même sa présentation. La première question soulevée est liée au financement. D’après les premières indiscrétions, il n’est pas question de toucher aux caisses des Etats européens, mais il est proposé de créer un nouveau fonds alimenté par une vingtaine de milliards d’euros seulement, d’après le journal Les Echos France daté du 23 novembre 2014. Il précise que le capital serait alimenté par le budget européen et la Banque européenne d’investissement (BEI). D’autres banques publiques seraient «invitées à rejoindre le tour de table comme la Caisse des Dépôts et Consignations en France ou KfW en Allemagne, sur une base volontaire»(1).
    Le plan Juncker va être lancé dans le brouillard le plus épais, indique pour sa part Jean-Marc Sylvestre, éditorialiste sur Atlantico.fr. Pour lui, ce plan devra répondre à trois questions. D’abord, quelle sera la stratégie de croissance de la zone européenne et quels seront les secteurs sur lesquels elle peut appuyer sa prospérité: l’agriculture, les biens d’équipement, le luxe? Puis, comment seront répartis ces 300 milliards d’euros, sur quel secteur, dans quel pays et selon quel critère? Enfin, qui va payer ces 300 milliards d’investissement. «Pour que marche ce type de coopération, il faut s’entendre sur la règle du jeu commune… », d’après le décryptage de l’éditorialiste.


    Fatim-Zahra TOHRY
    (1) Note de bas de page: Un rapport sera remis ce jeudi aux ministres français et allemand de l’Economie. Il  suggère d’accroître la flexibilité du marché du travail et de geler les salaires pendant trois ans. Un document tant attendu à la veille du conseil franco-allemand prévu le 2 décembre

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc