×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Culture

    Théâtre: Micmacs au plumard!

    Par L'Economiste | Edition N°:3797 Le 04/06/2012 | Partager
    L’adultère, thème d’une comédie le 7 juin, au Mégarama Casablanca
    Arthur Jugnot, en tête d’affiche

    Dans le cycle de ses théâtrales, Top Event propose une pièce inédite. Il s’agit d’une «sex comedy» où les mensonges fusent et les portes claquent. Une agréable comédie superbement portée par des acteurs de talent

    PAS de «rectangle blanc» pour la pièce «A deux lits du délit» qui sera présentée le 7 juin au Mégarama-Casablanca et que l’on peut voir en famille. Dans le cadre du  cycle de la deuxième édition de ses théâtrales, la société d’animation culturelle, Top Event, propose cette fois un genre inédit au Maroc: la sex comedy. Différent du vaudeville, de la farce ou de la comédie de caractère, ce genre théâtral est très plébiscité par le public. Pour preuve, la comédie écrite par Derek Benfield et mise en scène par Jean-Luc Moreau est à l’affiche depuis 2010. Pendant deux heures, le public se tord de rire à en avoir mal aux zygomatiques (petits muscles des lèvres) sur le sujet du sexe. Un sujet traité par sous-entendus, quiproquos, allusions… Bref, on en parle sans vraiment en parler. Par complexe? Pas du tout! La situation est elle-même plein d’ambigus:  une femme et son amant ainsi qu’un homme et sa maîtresse se donnent rendez-vous dans le même hôtel. Somme toute, une histoire banale. Mais quand la discrétion et le confort des quatre personnages commencent à dépendre du maître des lieux, la situation devient cocasse. Le jeu est mené par Arthur Jugnot qui confirme qu’il n’est pas seulement le fils de… Gérard. Il s’affirme comme un acteur avec lequel le théâtre et le cinéma français doivent compter. Les autres comédiens ne sont pas en reste et s’inscrivent dans le sillage de cette nouvelle génération d’artistes pleins de talent et d’audace. Il s’agit de Guillaume Sentou, Cyril Garnier, Laurence Porteil et Juliette Meyniac. Energiques, ils courent dans tous les sens, donnant presque le vertige au public. Entre acrobaties et gros mensonges, la scène s’offre comme un plateau de télé-réalité et les spectateurs se délectent de ces micmacs qui se déroulent dans les plumards d’un hôtel de la région parisienne. 
    Mehdi Laraki, directeur de Top Event, promet une pièce très rythmée avec une troupe d’acteurs à 100% loufoques! 
    Si les Casablancais regrettent de ne pas avoir un festival à la dimension de Mawazine, ils se régalent au théâtre. En effet, ils ont la chance de pouvoir profiter, à prix abordables, de comédies à succès, jouées dans les plus grandes salles françaises. Parmi elles, «Le technicien», avec Roland Giraud et Maaïke Jansen (27 octobre 2011) et «Le président, sa femme et moi», interprétés par Alexandra Vandernoot et Cedric David (15 mars dernier).


    F. E. O.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc