×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Tourisme
    400 millions de DH pour la restauration des kasbahs

    Par L'Economiste | Edition N°:3547 Le 08/06/2011 | Partager
    Le dispositif s’inscrit dans la Vision 2020 pour le tourisme
    Il sera mis en œuvre par une société dédiée
    Les unités revalorisées seront transformées en établissements touristiques

    Pour la période 2011-2013, le programme de restauration concerne une centaine de kasbahs, pour un budget global de 400 millions de DH

    (Ph. Archives)

    C’EST parti pour la restauration des kasbahs. Le dispositif de réhabilitation des composantes du patrimoine architectural national s’inscrit dans le tourisme culturel, défini par la Vision 2020.
    Une convention avait été signée dans ce sens lors des 10es Assises par les ministères du Tourisme et de la Culture, les groupes CDG et Akwa. L’accord prévoit la création d’une structure dédiée à capitaux mixtes public-privé. Il s’agit de la Société marocaine de valorisation des kasbahs (SMVK). Une SA à directoire et conseil de surveillance. La SMVK a pour mission la valorisation du patrimoine architectural via la réhabilitation et la reconversion de certains édifices en structures d’hébergement ou en équipements d’animation tels que des restaurants, des musées… Sont concernées par ce programme, les kasbahs qui disposent d’un cachet architectural particulier de par leur localisation, leur environnement, leur vocation initiale ou par leur passé historique.
    Un budget de 400 millions de DH sera débloqué pour la première phase de ce programme qui s’étalera sur la période 2011-2013. Le principe consiste à acquérir les kasbahs auprès de leurs propriétaires (le domaine public ou des particuliers) et de les transformer en établissements touristiques haut de gamme, d’une trentaine de chambres selon les cas. Un partenariat pourrait être mis en place avec les propriétaires de ces bâtisses. «Pour mettre en œuvre ce programme, nous allons nous inspirer du modèle espagnol des paradores, qui sont devenus des passages obligés pour les touristes intéressés par le tourisme culturel», explique une source proche du dossier.
    Pour la première phase, c’est le triangle Zagora-Ouarzazate-Tinghir qui a été retenu. La région compte plus de 1.000 kasbahs. Le diagnostic est alarmant : la plupart des monuments architecturaux sont dans un état de délabrement avancé du fait de la nature même du matériau (pisé) avec lequel elles ont été construites. Ces constructions devront être réhabilitées sans être dénaturées. Le dispositif consistera à conserver le cachet initial, sur la base d’un cahier des charges précis, une charte qualité et un label qui reste à définir. Ainsi, la façade, qui constitue un attrait particulier de ces bâtiments du sud, sera évidemment conservée. Le programme de restauration ne pourra pas toucher le millier de kasbahs de cette région. Seule une centaine sera concernée au cours des deux prochaines années.
    Parmi les signataires de la convention relative à la réhabilitation des kasbahs, le ministère de la Culture. En effet, ce dernier sera mis à contribution dans ce chantier via le Centre de restauration et de réhabilitation des zones atlasiques et subatlasiques (Cerkas), créé en 1990. Ce dernier a déjà à son actif la restauration d’une dizaine de kasbahs telles que la kasbah de Taourirt, d’Aït Benhaddou, de Tamnougalt, etc. ainsi que des greniers collectifs.
    «Il ne sert à rien de restaurer ces monuments s’ils ne génèrent pas des recettes», explique un partenaire du programme. C’est la raison pour laquelle les kasbahs qui seront transformées en établissements touristiques devront atteindre l’autonomie financière et dégager les recettes nécessaires à leur pérennité. Au terme de la première phase du programme de reconversion, une évaluation sera faite pour envisager d’étendre le dispositif à d’autres régions.

     

    Appel à manifestation d’intérêt

    LA Société marocaine de valorisation des kasbahs (SMVK) vient de lancer un appel à manifestation d’intérêt pour la sélection des kasbahs et ksour qui feront l’objet d’une réhabilitation au cours de la période 2011-2013. Pour cette phase, les propriétaires des kasbahs des régions Dadès, Draâ et Ziz sont d’ores et déjà invités à prendre attache avec la SMVK, dont le siège se trouve à Ouarzazate. Les dossiers de candidature relatifs à la sélection des kasbahs dans le cadre du programme de revalorisation/reconversion à des fins touristiques peuvent être déposés au plus tard le 21 juin.

    Hassan EL ARIF

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc