×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    Name and Shame

    Par Nadia SALAH| Edition N°:5463 Le 28/02/2019 | Partager
    nadia_salah.jpg

    Hou! Hou! Hou! Vilain Amazon France qui ne paye pas ses fournisseurs! Et qui ne paye pas ses impôts non plus, mais c’est une autre histoire.

    Hou! Hou! Hou! Huawei Technologies France, Chloé (prêt-à-porter), Leader Price, Danone…  Ils ne payent pas leurs fournisseurs. On trouvera la liste des 263 mauvais payeurs sur le site du Secrétariat d’Etat français à l’Economie et aux Finances.

    Sous l’égide tout à fait officielle de ce secrétaire d’Etat, des entreprises ont été sanctionnées par une amende (équivalente à 4 millions de DH) puis le nom de chacune a été publié.

    L’idée «Name and Shame» est de nommer le fautif  pour qu’il ait honte de son comportement (voir L’Economiste du 27 février 2019).

    On remet à sa place réelle une entreprise qui se donne une belle image de marque, alors qu’en réalité elle est funeste et corrosive pour son environnement. En rendant publics, visibles par tous, les noms de ces fauteurs de troubles, les dirigeants seront mis en face de leur turpitude. Les crédits bancaires coûteront plus, les fournisseurs se montreront très méfiants et des consommateurs boycotteront.

    Paris n’a pas procédé comme Rabat. Au contraire. Le gouvernement français ne s’est pas emberlificoté dans des textes sans queue ni tête, sur lesquels, par-dessus le marché, le fisc a donné son propre coup de bambou. Au Maroc, on punit les victimes! Sans compter pour bien embobiner les entreprises privées, l’Etat et le secteur public ne sont pas concernés par l’obligation de payer leurs achats.

    Comment les parlementaires ont-ils fait pour approuver un texte aussi bête et aussi nuisible pour tout le pays?

    Comment les officiels peuvent-ils encore se faire filmer ou photographier en affirmant qu’ils font la promotion des PME et des entreprises privées?

    Pas étonnant qu’on soit les derniers de la classe arabe pour Doing Business.

    Si Lahcen Daoudi et El Othmani veulent le bien de ce pays, voilà du travail pour eux.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc