×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Nadia SALAH

Par L'Economiste| Edition N°:4372 Le 03/10/2014 | Partager

Ce n’est pas un phénomène fortuit, disent les observateurs de la Bourse en commentant le 11% de gain sur les neuf premiers mois de l’année. Le mouvement est durable parce qu’il est entraîné par les bancaires, et  pas par Maroc Telecom, le géant du marché, malgré ses bénéfices en descente. Les bancaires, plus les petites capitalisations, que le marché punit de manière parfaitement injuste quand il déprime.
Il est exact que la Bourse de Casablanca,  petite et peu profonde, n’est pas le marqueur  unique du moral de l’économie marocaine. Mais il compte.
A côté, apparaissent d’autres signes, encore ténus: une hausse de la consommation électrique, un retour de la demande sur des biens d’équipement chez les ménages, la présence des familles marocaines sur les sites balnéaires, les records de voyageurs dans les trains et sur les autoroutes…
Il n’existe pas (encore?) d’agrégat composite qui permet de cerner et mesurer l’ensemble de ces phénomènes; agrégat qui les mettrait aussi en balance avec les chocs négatifs comme les retards de paiements de l’Etat et des communes, la dégradation de la qualité des emplois qui accompagne la hausse lente du chômage ou la hausse des remboursements difficiles auprès des banques.
Ces données sont chiffrées, mais pas additionnables. Pourtant c’est elles qui décrivent le mieux la vie quotidienne, sur le terrain, des entreprises et des personnes.
Dans l’impossibilité de chiffrer autre chose que le «moral» des ménages ou des entreprises (avec une marge considérable d’approximation), le rapprochement de données composites, avec leurs commentaires qualitatifs, reste un bel outil.
Or depuis trois-quatre mois, la colonne des positifs s’allonge doucement, tandis que celle des nuisances se réduit.
Quand on sait le poids primordial de la  psychologie dans une économie libérale et concurrentielle, ce phénomène doit être souligné. Et surtout il doit être politiquement appuyé.

 

Marqueurs

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc