×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Mythe

Par L'Economiste| Edition N°:4398 Le 12/11/2014 | Partager

SI le gouvernement Filali a été le père de la réforme d’indexation des prix des produits pétroliers, c’est surtout Benkirane qui a eu le mérite de le réactiver, pourtant face à un front syndical et une partie de l’opposition hostiles. Il a donc raison de le rappeler. Ce qu’il ne manque pas de faire à chaque occasion comme hier au Parlement.  Dans ce domaine, Benkirane, qui a fait de la défense du pouvoir d’achat son credo, aurait même pu se faire hara-kiri. Il a su finalement faire du pragmatisme à toutes épreuves. Un reproche: il y a un trop-plein de communication sur les objectifs alors qu’il faut continuer de convaincre sur la charge de la preuve.
Si l’idée du retour à l’indexation a été si bien acceptée, c’est sans doute parce que son opportunité a été dans une large mesure la consécration d’un état de fait, l’évolution de la société marocaine, l’urgence financière, rendant ce processus irréversible. C’est ce qui a fait en sorte que la paix sociale a été plus ou moins garantie. L’essentiel était de marquer les esprits à l’issue de la  première étape, de manière à ce que plus personne ne s’oppose au principe. C’est fait. Maintenant, il faut aller plus loin. Pour historique qu’elle soit, la  réforme dans sa deuxième mi-temps reste inachevée. On le sait, la décompensation attend toujours, notamment pour le dossier du gaz butane. Un chantier où les impératifs  de concertations de complexité seront inévitables. Or, là aussi, la grande œuvre ne devrait pas se cacher derrière le risque social. Il en va de la cohérence du système. De surcroît, ce gouvernement doit montrer qu’il ne ferme pas le robinet des subventions pour en ouvrir d’autres à des fins électorales! A ces conditions, seulement, le mythe de la réforme impossible aura vécu.

Mohamed BENABID

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc