×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Monnaies

Par L'Economiste| Edition N°:938 Le 18/01/2001 | Partager

Face au Dollar, l'Euro remonte. De l'avis de la majorité des spécialistes de la conjoncture américaine et européenne, l'Euro continuera à monter. Ils sont même précis dans les prévisions, puisqu'ils s'accordent à dire que la monnaie unique européenne montera doucement jusqu'à... sa prochaine descente. Ensuite, elle descendra jusqu'à sa prochaine... montée. L'analyse prévisionnelle des marchés de monnaies est aussi avancée que l'était la météo d'il y a vingt ans: on sait quels facteurs poussent à la hausse ou à la baisse, mais le problème est qu'il y en a beaucoup en même temps et contradictoires, si bien que l'on n'arrive pas à prévoir le moment de la domination des uns sur les autres.Il est sans doute très intéressant de savoir a posteriori pourquoi l'on ne pouvait pas savoir a priori ce qui allait se passer. Mais dans la pratique du commerce international marocain, surtout à la petite échelle de l'entreprise, cela ne sert strictement à rien.Dans le monde d'il y a un quart de siècle, l'idée de faire un panier de référence pour le Dirham était une excellente idée. Depuis, tant de choses ont changé du tout au tout: il n'y a plus que deux monnaies de référence, le développement se fait par le commerce, les techniques changent vite, l'emploi est devenu la première des difficultés du Maroc... Or, répondre aux investisseurs, aux employés et aux chômeurs que le Dirham est cher parce que l'Euro monte jusqu'à ce qu'il... descende avant de... remonter, c'est dire que le Maroc n'a pas de politique économique, pas de politique d'emploi, pas de politique de commerce extérieur, pas de politique monétaire... Pis, cela signifie qu'il n'a pas l'intention d'en avoir. A propos, cela fait huit mois que la Tunisie s'est dépêchée de prendre ses dispositions. Elle a fait une excellente année 2000 en investissements, emplois, commerce. Merci pour elle.Nadia SALAH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc