×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Mondialisation

Par L'Economiste| Edition N°:934 Le 12/01/2001 | Partager

LA mondialisation s'oppose-t-elle aux droits de l'homme?Cette étrange question et la réponse positive qui est suggérée ici ou là, sont en train de devenir à la mode. Le raisonnement dit que la mondialisation creuse les écarts entre pays riches et pays pauvres et que dans la pauvreté, il n'y a guère de droits de l'homme possibles. En conséquence, il faut rejeter la mondialisation.C'est là oublier bien vite les leçons de l'Histoire contemporaine.En effet, dans quels pays, dans quels groupes humains, les droits de l'homme ont-ils été le plus atrocement bafoués? C'est dans les sociétés fermées sur elles-mêmes, dans les pays qui ont voulu développer des particularismes socioculturels, qui ont donné des contenus politiques à ces parti- cularismes. Les idéologies qu'ils ont développées ont servi alors à appliquer les stratégies les plus horribles de destruction physique des opposants, pour ensuite s'en prendre à toutes sortes de catégories sociales, ethniques, raciales, religieuses... Ces idéologies ont justifié les massacres de Noirs parce qu'ils sont noirs, de Blancs parce qu'ils sont blancs, de juifs parce qu'ils sont juifs, de Palestiniens parce qu'ils sont palestiniens... Il n'y aurait pas assez de cette colonne pour lister les cas, tous plus odieux les uns que les autres. Quel est le point commun de tous ces cas? C'est l'opposition aux valeurs universelles, lesquelles sont justement diffusées par la mondialisation du commerce et des idées. Prenons un exemple parmi cent: l'exploitation des enfants existait bien avant la mondialisation, et qui sera le plus efficace contre cela: la morale locale ou le risque d'embargo contre les pays qui abritent cette exploitation? Soyons réalistes, c'est l'embargo.Nadia SALAH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc