×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Mines

Par L'Economiste| Edition N°:3306 Le 25/06/2010 | Partager

Retraite, assurance maladie. Deux dossiers chauds sur la table du gouvernement mais qui ne méritent sans doute pas la même approche. D’abord, la retraite. Sans vouloir miner le moral de milliers de fonctionnaires et de leurs syndicats, surpris sans doute par l’imminence d’arbitrages sur ce sujet, ce ne sont pas les arguments qui manquent pour réclamer pareille réforme. Et surtout une rapidité de l’action. Le recul de l’âge de retraite à 62 ans dont nous nous faisions l’écho il y a quelques semaines, et en exclusivité, n’est certes pas l’unique option. Tant pour viabiliser la CMR que pour éviter des issues dispendieuses pour les finances de l’Etat. Elle n’est pas non plus la plus populaire. Mais chacun sait qu’elle est à mettre en oeuvre tout de suite sachant que les économies à en espérer sont surtout sur du long terme. En attendant une décision sur l’architecture globale, le gouvernement donne l’impression de tenter de sortir du sable dans lequel il s’était enlisé ces dernières années. Ici, l’initiative politique doit être saluée car elle redonne un élan inespéré à un sujet qui semblait battre de l’aile et, soyons clair, le statu quo n’est pas admis. Si c’est pour éloigner le spectre pas si lointain d’une banqueroute, personne ne devrait s’en offusquer. Ensuite, l’assurance maladie. Car les orientations actuelles donnent l’impression de privilégier les attentes sociales mais pas assez les contraintes techniques, leurs éventuelles implications pour l’ossature existante. On le voit bien aujourd’hui pour la couverture des indépendants. On le remarque aussi depuis quelques mois à quelques indices inquiétants: les discussions interminables sur les tarifs homologués, le manque de visibilité sur l’articulation définitive entre assureurs institutionnels (CNSS) et assureurs privés, la manière dont l’autorité de régulation est pensée… Ici au contraire le gouvernement serait bien inspiré de s’avancer avec précaution sur ce champ de mines.Mohamed BENABID

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc