×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Micas

Par L'Economiste| Edition N°:2377 Le 06/10/2006 | Partager

Il faut 100 ans pour s’en débarrasser; certains scientifiques sont moins optimistes. Ils parlent de 300 à 400 ans avant que la nature ne digère les indigestes sacs de plastique, les fameux «mica» noirs ou leurs cousins, les «mica» blancs. Tout le monde s’en sert parce qu’ils sont apparemment économiques. Apparemment seulement, puisque dans 100 ans ou même 300 ans, celui qu’on a jeté hier sera encore dans la nature, en train de «fleurir» les belles contrées marocaines.Ils sont si embêtants, ces sacs en plastique, que lorsqu’un voyage officiel s’annonce, les responsables locaux envoient les enfants des écoles les ramasser dans les champs: il ne faut pas que le Souverain ou ses invités les voient. Et si, au lieu de se livrer à ce stupide camouflage, on décidait une fois pour toutes d’en interdire la fabrication?Nul besoin d’être brutal. Rien n’empêche d’organiser progressivement leur disparition et leur remplacement par des sacs en papier, en coton ou en sisal… Bien sûr, le Maroc n’est pas en avance pour la biotechnologie, mais avant d’imposer des sacs tirés du maïs ou des pommes de terre, il y a de la marge. Trop chères, les solutions de remplacement? Pas sûr. Papier, coton, sisal… non seulement sont réutilisables mais, en plus, ils sont mieux que la plupart des «mica», capables de porter les publicités de manière à en abaisser le coût. Et puis, soyons réalistes: qu’est-ce qui coûte le plus cher? Ramasser un par un ces horribles sacs qui polluent notre environnement et le pollueront pendant les 300 prochaines années ou bien, pour quelques centimes, changer d’habitudes et régler une fois pour toutes cette question? Nul besoin d’être devin pour répondre.Reste le passage à l’acte qui, lui aussi, est simple, sans histoire: même les fabricants des «mica» n’aiment pas ce qu’ils font. Mais il faut un cadre légal pour que tous soient à la même enseigne et que la disparition des «mica» devienne effective.Nadia SALAH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc