×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Méthode

    Par L'Economiste| Edition N°:3973 Le 21/02/2013 | Partager

    Le Souverain s’est impliqué lui-même et personnellement dans les Assises de l’industrie (voir nos informations ci-contre). C’est dire l’importance accordée, non pas à la réunion, mais à la politique que la réunion doit promouvoir.
    On le  sait depuis que Jettou a remis  le volontarisme politique à l’honneur au milieu des années 2000: on ne parvient à rien sans une très forte implication étatique.
    Il ne s’agit pas d’investir et de produire à la place des investisseurs, ni de produire à la place des producteurs, comme cela se faisait dans les années 1960/70.
    Il s’agit d’amener à faire, d’aider à faire, de pousser à faire.
    La stratégie volontariste des métiers mondiaux a remarquablement fonctionné. L’actuel gouvernement a eu l’intelligence de ne pas la passer par-dessus bord. S’il n’hésite ni sur le bien-fondé, ni sur les objectifs, il est encore très embarrassé sur la méthode.
    En premier lieu, il n’a pas bien mesuré que le maintien, voire l’accroissement  des subventions à la consommation pèse directement et lourdement sur la compétitivité du pays.
    Ensuite, il a hérité du gouvernement Abbas El Fassi, la pire des configurations en matière de dépenses publiques: le déficit budgétaire, qui ruine les investissements publics, va directement augmenter le déficit commercial. Ce faisant, les investisseurs redoutent d’abord de ne pouvoir alimenter leur projet. Ensuite, s’ils viennent de l’étranger, ils craignent de ne plus pouvoir valoriser leurs engagements.
    La CGEM a d’ailleurs insisté sur l’urgence des redressements politiques à effectuer.
    De même, la patronne des patrons  n’a pas hésité à souligner le fardeau d’un foncier toujours pas maîtrisé par les pouvoirs publics. Elle a critiqué  le laisser-aller dans les exécutions des arrêts judiciaires et le peu d’énergie que le gouvernement met à rétablir un climat social favorable à l’emploi et aux investissements.
    En peu de mots, elle a posé la méthode.

    Nadia SALAH

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc