×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Médias

Par L'Economiste| Edition N°:2607 Le 11/09/2007 | Partager

LES presses française et espagnole principalement donnent l’impression d’être très déçues par les élections marocaines: Il n’y a pas eu le tsunami islamiste qu’elles annonçaient avec tant de force qu’on se demandait si elles ne le souhaitaient pas. Il faut savoir que, pour le journaliste des rubriques Afrique du Nord dans un journal parisien ou madrilène, une élection ordinaire avec des résultats normaux, n’est pas assez catastrophique pour pouvoir «monter» à la première page de son journal.Donc, lorsque les Marocains lisent des articles sur leur pays dans la presse européenne, ils tiennent compte de ce phénomène technique et professionnel propre aux rédactions. Il est donc sage de lire ces articles et de regarder les reportages sans perdre une once de son esprit critique.L’angle de vue n’est pas le même selon qu’on vit l’événement à Casablanca ou à Paris.Et que penser aussi de ces sondages effectués au Maroc par diverses fondations américaines? Elles s’étaient, volontairement ou non, intoxiquées des fausses informations. Ces sondages ont aussi intoxiqué l’ambassade américaine… si bien que celle-ci s’est ridiculisée à traiter directement avec ceux qu’elle croyait être les futurs hommes et femmes de pouvoir au Maroc. C’est dire que dans le monde de la communication à notre époque, il ne faut compter que sur soi-même et les siens. Cela, le public marocain commence à bien le comprendre et l’intégrer. Il accorde de plus en plus de crédit aux médias marocains. Et tout en demeurant ouvert, il se montre prudemment curieux vis-à-vis des lectures de sa propre société, quand elles lui viennent d’ailleurs. Chacun le sait, ni Al Jazeera, ni TF1 n’ont réussi à transformer le cours des évènements.Mais les principaux complices et victimes de cette affaire de miroir déformant, sont les responsables marocains, qui préfèrent traiter de manière privilégiée avec les médias étrangers, croyant pénaliser les médias marocains. Abdelmounaïm DILAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc