×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Marchés

Par L'Economiste| Edition N°:4185 Le 03/01/2014 | Partager

LES débats sur le nettoyage des textes régissant les marchés publics, y compris ceux des collectivités locales et des entreprises publiques, ont été pauvres. C’est dommage.
Ce qui n’empêche pas les textes d’arriver à gros bouillon en ce début d’année (voir nos informations).  Le souci d’uniformisation y est puissant. On comprend que le gouvernement souhaite, à travers cette normalisation, offrir plus de transparence et donc de prévisibilité. Ce qu’on ne sait pas encore c’est ce que donnera une procédure uniformisée, pour des donneurs d’ordre aussi différents qu’une petite municipalité et le numéro un mondial du phosphate, par exemple. Tous les acheteurs auront-ils la compétence et le souci de l’intérêt public pour donner de l’intelligence à l’application des normes?  Ce ne sera pas du luxe de veiller à la circulation massive de l’information, de manière à donner en exemple les meilleures pratiques.
Néanmoins, ce n’est pas là qu’est le premier tracas.
La préoccupation majeure est dans les finances publiques. Dégradées comme elles le sont aujourd’hui, elles annulent les meilleurs des textes sur les marchés.
Première remarque: l’emprunt, l’endettement, l’insolvabilité même passagère… démolissent la souveraineté nationale. Il fut un temps le Maroc n’arrivait même pas à choisir ses chantiers prioritaires. C’est le prêteur qui décidait.
Deuxième remarque, plus forte: quand l’Etat, les collectivités locales, les entreprises publiques laissent leurs factures impayées, il devient ridicule de parler de préférence nationale, car l’Etat a affaibli les entreprises compétentes et sérieuses. Pour travailler avec le secteur public, il ne restera bientôt plus que le fond du panier (que l’on se gardera de qualifier!).
Le Maroc a déjà connu ce genre de situation. Les hommes politiques ont peut-être oublié, mais les hauts fonctionnaires, eux, se souviennent. Il faut les consulter. D’urgence!

Nadia SALAH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc