×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Manche

Par Dr Mohamed BENABID| Edition N°:4999 Le 10/04/2017 | Partager
mohamed_benabid.jpg

C'est le genre de réforme qui devrait mobiliser tous ceux que l’état de la justice continue de décevoir. Et ils sont nombreux. La justice connaît depuis des années une crise d’organisation, de rendement et de confiance. Force est de constater que les promesses de prise en main n’ont pas permis de répondre à une dégradation avancée. Une situation que pointent régulièrement les victimes de spoliation foncière, les rapports de Transparency et ceux de la banque centrale et/ou de la banque mondiale. Des cotes d’alertes qui  font de ce dossier une priorité tant pour les droits humains, l’environnement des affaires, que de l’entrepreneuriat et l’investissement.

A l’évidence, les priorités définies avec la Constitution, et tout particulièrement les engagements pris avec la charte de la réforme du système judiciaire, sont les bonnes. Il s’agit de déployer un nouvel échafaudage pour en faire  le QG du changement. La nomination jeudi des membres du conseil supérieur du pouvoir judicaire (CSPJ) en est l’une des plus importantes manifestations.

Moins corporatiste, soucieux d’une représentativité plurielle dans sa composition,  le CSPJ adresse probablement l’un des messages les plus attendus: il jouit d’une indépendance constitutionnellement garantie. La présence parmi ses membres, de deux représentants d’institutions actives sur le champ des droits de l’homme,  médiateur et CNDH, est d’ailleurs là pour en rappeler l’esprit. Si cette première manche a été bien négociée, il faut rester cependant très concentré pour la deuxième.

L’indépendance est un levier important mais pas le seul dans une réforme interpellée aussi sur son déploiement technique, c’est-à-dire sur l’accélération des procédures judiciaires, la formation des juges ou la mise à niveau des codes de procédures civile et pénale.

 

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc