×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Mafias de la santé

Par Nadia SALAH| Edition N°:5637 Le 20/11/2019 | Partager
nadia_salah.jpg

Le paiement au noir a retenu l’attention des journalistes lors d’une conférence de presse, le 13 novembre 2019. L’Association nationale des cliniques privées, pour ce qui la concerne, réfute cette appellation: «c’est juste un complément de salaire», soutient sans rougir le président. La rencontre voulait améliorer l’image des cliniques privées. Pas sûr que ce soit très réussi.

Il y en a presque 400 dans le pays. Seule une grosse dizaine pose problème. Cela va du linge mal rangé, jusqu’aux faits les plus graves, comme le non-respect des mesures d’hygiène! Néanmoins, ce sont ces établissements qui se disent brimés!

Au printemps dernier, les étudiants des facultés de médecine publiques, ceux dont la formation est payée par les citoyens, se sont mis en grève contre leurs camarades du privé, dont les parents assument seuls le coût de la formation, en plus de payer les impôts pour entretenir les facultés publiques.

Le gouvernement, y compris le ministre PPS de la Santé, avaient dit et répété qu’ils ne cèderaient pas à un chantage aussi injuste et immoral, tant pis pour l’année blanche. Trois mois plus tard: débâcle sur toute la ligne, avec, s’il vous plaît, des aménagements d’examen pour faire plaisir aux grévistes. C’était le monde à l’envers et ce d’autant plus que le Maroc est 9e sur 11 pays de même niveau pour sa couverture médicale.

Autre scandale: un haut cadre a été renvoyé puis re-recruté. On attend son re-renvoi. Toujours sans explication. Ceci fait penser au scandale des cantines scolaires dans les années 1990 où de petites mafias de rien du tout arrivaient à être plus puissantes que le gouvernement.

Et n’oublions pas le trafic des certificats de maladie que l’on peut avoir pour 150 DH (200 si on vous le livre).  L’Ordre des médecins, pendant ce temps, affichait sur son site les rabais obtenus pour le séjour dans les plus beaux hôtels du pays.

No comment.

 

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc