×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Le pompon

Par Nadia SALAH| Edition N°:5484 Le 29/03/2019 | Partager
nadia_salah.jpg
 

Stupeur! Un élu condamné pour avoir informé les citoyens sur ce qui les concerne au premier chef: le sauvetage d’une caisse de retraite! L’information a été distribuée via des médias, dont les journalistes ont été condamnés aussi.

Pour résumer, des personnes  sont condamnées pour avoir fait leur travail, honnêtement, dans le strict respect de l’information juste. Parmi elles, un élu du peuple, avec qui on aurait dû prendre mille précautions: il a un mandat démocratique, qui est couvert par l’immunité. Sans cela, adieu la démocratisation.

En revanche, quelle est cette ignorance crasse qui a affublé un élu «d’obligation de secret professionnel», comme s’il était un médecin parlant en public de votre mal au ventre?

Trois éléments transforment complètement le dossier en un scandaleux brûlot, et ce au moment où les yeux du monde sont braqués sur le Maroc avec la visite du Pape François.

La plainte du PAM (via deux de ses élus à la Chambre des conseillers) fait intervenir la justice dans une rivalité politique (PAM contre CDT). Aux yeux de tous, il ne peut pas s’agir d’une simple erreur d’appréciation, surtout que promesse avait été donnée de stopper l’action. 

On touche là aux rentes politiques: tenir les informations secrètes pour garder sa rente électorale ou, ce que l’on ne veut pas croire, pour transformer ces informations en business, en les offrant par exemple à un bureau d’études.

En effet, ce n’était pas n’importe quel dossier que Benkirane était venu expliquer à la Chambre: les retraites, pilier de la politique sociale. 

L’opinion publique se pose une autre question, bien plus dure: qui les plaignants du PAM voulaient-ils protéger, et pourquoi? 

On peut faire confiance à l’imagination des citoyens que ce genre de censure frustre: nombreuses seront les personnes respectables que  la vox populi va traîner dans la boue, voire accuser de prévarication.

Bravo aux deux PAMistes: le Maroc a gagné le pompon à cause de leur affaire!

 

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc