×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Le pire

Par L'Economiste| Edition N°:1744 Le 09/04/2004 | Partager

L'armée américaine dans ses tentatives de juguler les révoltes en Irak n'hésite plus à bombarder les zones urbaines, y compris les mosquées. Impossible après cela de redresser les relations entre les occupants et les occupés.En Irak, le pire est en train de se produire. Une vraie guerre contre l'occupant s'organise. Certes, sur le plan géographique, l'Irak n'a rien à voir avec l'Asie, en particulier avec le Vietnam, mais sur le plan politique, il y a fort à craindre qu'on ne se retrouve dans le même schéma. Les Etats-Unis semblent avoir appréhendé la situation irakienne d'une manière extrêmement simpliste: on chasse le dictateur honni et on sera acclamé par les habitants. Rien ne s'est passé ainsi car rien ne pouvait se passer ainsi: dans aucun pays au monde, les habitants n'accueillent dans la joie une puissance occupante. Circonstance aggravante en Irak: les Américains ont laissé délibérément le désordre s'installer. Ils escomptaient que les contradictions entre les différentes ethnies faciliteraient une reconfiguration du pays.Si les USA sont militairement supérieurs et qu'ils constituent la puissance dominante dans le monde, leur unilatéralisme, d'une part, et leur lecture simpliste de la politique d'autre part, ne pouvaient que conduire à la catastrophe. Les Etats-Unis sont sincères quand ils veulent démocratiser et rendre prospère la région. Le problème est qu'ils utilisent la force, qu'ils appliquent brutalement leurs propres critères. Cela ne peut marcher nulle part.Ce faisant, Washington a créé une situation qui l'emprisonne. De plus, ceci écrase la région, nourrit les vengeances, provoquant une onde de choc qui n'en finit pas sur la planète.Le bilan est lourdement négatif: pas d'armes de destruction massive saisies, la démocratie noyée dans le sang et la haine, le terrorisme en expansion. Comment une telle puissance arrive-t-elle à produire un tel passif?!Abdelmounaïm DILAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc