×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

L'épargne

Par L'Economiste| Edition N°:1997 Le 11/04/2005 | Partager

Un petit vieux qui compte et recompte ses petites économies, déplie et range ses quelques billets, mais avec beaucoup de fierté. La finance marocaine donne cette image, avec tous les CNME qui se suivent et se répètent. Le ministère des Finances et ses banques sont fiers de leurs réalisations macroéconomiques et de leurs polémiques monétaires. En quoi cela change la vie de l’entreprise de base? Pour elle, le crédit c’est: «Tu as 100 de garantie, je te prête 50.Tu n’as pas de garantie, passe ton chemin», y compris aux guichets des organismes de… garantie. On ne prête qu’aux riches, pas aux productifs, ni aux plus entreprenants, encore moins aux créatifs. Ce sont les règles prudentielles qui me l’ont dit. Et à quoi servent un Etat sans déficit, et des banques fortes et fières sur une économie rachitique? Surtout s’ils passent leur temps, comme le petit vieux, à compter et recompter leur trésorerie, à se la prêter, ou à la cacher sous forme d’emplois obligatoires. A côté de ceux qui recomptent fièrement, il y a une jeunesse, l’économie réelle, celle des biens et services, assoiffée de financements, qui veut cet argent pour vivre, avec les risques de son époque. Cette économie doit affronter des entreprises chinoises qui produisent avec l’équivalent de 500 milliards de dollars de crédits bradés sans règles, soit la moitié du PIB, d’après Standard & Poors. Aucun CNME chinois pour s’en inquiéter; en revanche, il s’inquiéterait s’il trouvait notre niveau légendaire de surliquidité bancaire. Il infligerait des sanctions aux banquiers thésaurisateurs pour sabotage de l’économie. Tous les banquiers se mettraient à courir derrière les clients et leur proposer des projets d’investissement. Notre CNME se contente lui d’un chantier pour mobiliser encore plus… l’épargne. Cela fera de nous tous des petits vieux, qui épargnent pour acheter demain, aux Chinois qui produiront avec des crédits bradés. Khalid BELYAZID

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc