×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    L'éditorial

    Par L'Economiste| Edition N°:431 Le 28/01/1999 | Partager

    Acheter ses machines c'est bien, les inventer c'est mieux. Des opérateurs l'ont compris. Le LPEE annonce qu'il proposera des brevets à des entrepreneurs du BTP pour qu'ils les exploitent, et RD Maroc organise une journée pour mobiliser les entreprises innovantes.
    Bien sûr la recherche est la spécialité des pays riches, avec leurs laboratoires sophistiqués et leurs multinationales, qui investissent des milliards de Dollars. Mais ce n'est pas leur monopole. Il y a des niches pour la recherche & développement de proximité, des applications spécifiques ou locales. Le Maroc a formé des scientifiques par milliers. Mais il les a cantonnés dans des travaux d'exécution, parfois dans des postes prestigieux. Car nos entreprises et nos administrations vivent pour reproduire l'existant et non pour inventer le futur.
    C'est une question vitale, et donc politique, et il revient à l'Etat d'y donner un élan, car c'est par l'innovation que les richesses et les emplois naîtront, et non par l'existant.
    On ne trouve trace de l'innovation que dans le projet de Code du Travail. Dans l'article 69, il soumet "les changements structurels et technologiques", susceptibles de diminuer l'effectif, à l'autorisation du gouverneur. Pour cela, l'entreprise remet tous les documents utiles à une commission. De secret stratégique, l'innovation devient publique.
    De liberté, elle devient autorisation.
    Quant aux emplois, l'innovation en crée deux fois plus qu'elle n'en supprime. Ceux que l'ont veut protéger disparaîtront de toute façon; car un Taiwanais ou un Taïlandais adoptera l'innovation le temps que le Marocain attende l'autorisation.

    Khalid BELYAZID

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc