×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

L'éditorial

Par L'Economiste| Edition N°:300 Le 16/10/1997 | Partager

Le Sahara est marocain et le demeurera. A plusieurs occasions, Sa Majesté le Roi a rappelé que, pour nous Marocains, le référendum ne peut être que confirmatif. Nous n'avons aucun doute que les citoyens marocains des Provinces du Sahara confirmeront le moment venu leur attachement à leur pays. Après maintes tergiversa-tions, le dossier s'accélère maintenant. Il faut cependant avoir à l'esprit que pour cela le Maroc a fait beaucoup de concessions.
Il est bien évident que la situation sur le terrain est entièrement maîtrisée. Le Maroc exerce sa souveraineté depuis la récupération, soit presque une génération, il a en face de lui des adversaires en pleine déconfiture, il pouvait donc parfaitement considérer que le dossier était clos et, il n'y a plus rien à négocier. Il pouvait soutenir également à juste titre que le Polisario ne présente plus toutes les qualités requises pour être l'interlocuteur.

Le Maroc pouvait aussi arguer du désordre qui règne en Algérie, potentiellement dangereux pour l'ensemble de la région. Tous ces arguments pouvaient être parfaitement recevables, car il est clairement établi par la communauté internationale que la capacité de nos adversaires à s'engager est plus que douteuse. Mais le Maroc n'a pas suivi cette voie, fidèle à sa ligne de respect du droit international et des décisions de l'Organisations des Nations Unies. Il a préféré aller de l'avant pour hâter le règlement de la manière la moins sujette à contestation. Cependant, il n'est pas disposé à se laisser imposer n'importe quoi. Nous avons fait le maximum de concessions raisonnablement possibles.

Abdelmounaïm DILAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc