×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    L'Edito

    L'éditorial

    Par L'Economiste| Edition N°:424 Le 18/01/1999 | Partager

    L'avènement du gouvernement d'alternance a été l'occasion d'opérer de grandes avancées sur le plan de la démocratisation et sur le plan des droits de l'Homme.
    Ainsi, outre l'alternance politique par elle-même, qui est une preuve du caractère vivace de la démocratie au Maroc, il faut retenir les réformes et les progrès opérés sur les statuts des prisonniers, sur la question des prisonniers politiques, la réforme de la Justice. S'y ajoute la réforme programmée du code des libertés publiques.
    Par ailleurs, la liberté d'expression est un acquis définitif dans notre pays.
    Toutes ces avancées permettent au Maroc de se rapprocher du standard européen et occidental, aussi bien sur le plan politique que sur le plan des libertés.

    Il nous appartient maintenant de transformer ces avancées politiques en gains économiques.
    En effet, dans ses relations avec ses partenaires européens, le Maroc doit faire valoir les progrès réalisés pour obtenir un traitement plus équilibré.
    Mais il nous appartient à nous, en définitive, d'être conscients que les progrès politiques réalisés et à venir, ne seront effectivement sécurisés que s'ils accompagnent une action économique énergique. Il faut oser aller plus loin sur la liberté d'entreprendre en supprimant les barrières qui ne sont autres que des barrières à la liberté tout court.

    Abdelmounaïm DILAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc