×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 192.132 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 240.532 articles (chiffres relevés le 3/6 sur google analytics)
L'Edito

L'éditorial

Par L'Economiste| Edition N°:168 Le 23/02/1995 | Partager

Les enseignants grondent et se préparent à la grève.
La commission nationale pour la réforme de l'enseignement ne fait plus parler d'elle. Après les grands débats de procédures et après avoir "pondu" de multiples sous-commissions, elle est entrée en hibernation.
D'autres institutions du même type ont ainsi confondu réforme et débat sur la réforme. Ces institutions ont tendance à devenir des clubs pour se faire des relations, mais avec peu de résultats concrets. En fin de parcours, nous finissons par avoir une administration de plus.
A moins que ce ne soit notre culture qui exclut l'efficacité, ce dont il est permis de douter, il serait grand temps de changer de méthode
La situation dans l'enseignement est critique et potentiellement dangereuse. Il ne s'agit pas d'un problème marginal, c'est une question clé.

Les maux dont souffre l'enseignement sont connus, et les objectifs sont clairs. Dès lors, qu'est-ce que l'on attend pour réagir? Des enseignants frustrés, des lauréats à moitié alphabétisés constituent un foyer idéal pour l'obscurantisme, susceptible de gangrener l'ensemble de la société.
Nul besoin de grands débats pour constater cette évidence. L'expérience d'autres pays l'a démontré à de multiples reprises. Faut-il alors s'enliser dans des discussions byzantines alors que le danger est là? Jusqu'à présent, si l'ensemble de la société marocaine est unanime pour reconnaître la réalité du problème, nulle solution concrète n'a été apportée. Le Maroc est le dernier pays du Monde arabe qui ne soit pas encore contaminé par l'obscurantisme. Faut-il que nous-mêmes, par notre incompétence et notre incurie, nous lui préparions le terrain?

Abdelmounaïm DILAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]leconomiste.com
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc