×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 173.579 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 213.013 articles (chiffres relevés le 31/5 sur google analytics)
L'Edito

L'éditorial

Par L'Economiste| Edition N°:164 Le 26/01/1995 | Partager

Avons-nous ne "alternative" à "l'alternance"?

Notre situation politique est bien paradoxale. Lorsque l'arrivée de la Koutla au gouvernement était à l'ordre du jour, nous pouvions à juste titre reprocher aux partis la composant leur manque de programme clairement défini.

En fait, l'on pouvait aussi, raisonnablement, douter de leur capacité à gouverner ensemble. Bien que leur situations s'explique par leur trop long éloignement de l'exercice des affaires.

En réalité, l'absence de programme clair est une donnée nationale, les partis du Wifaq et alliés n'en ont pas plus que les autres. Faute de lignes directrices propres, ils ont toujours compris leur rôle comme étant uniquement un rôle de soutien au gouvernement en place. C'est à ce dernier, une fois formé, d'élaborer un programme qu'eux se chargent de défendre et de soutenir.

Pas plus l'UC, le MP, le MNP que le RNI ne se donnent la peine d'énoncer des options et des mesures qu'ils comptent mettre en pratique une fois au gouvernement. Et lorsqu'il leur arrive de le faire, une fois au pouvoir -nous l'avons vu à de multiples reprises- ils ne se considèrent plus liés par leurs engagements antérieurs. Pour eux, l'exercice du pouvoir est quasiment une fin en soi. Une telle perception de son rôle isole la classe politique, ce qui est dangereux dans la conjoncture actuelle. Le citoyen ne s'y trompe pas, il se désintéresse désormais de la chose, qu'importe pour lui comment vont se répartir les portefeuilles. A la limite, mieux vaut un gouvernement de technocrates lesquels, au moins, le doivent à leur compétence confirmée.

Le champ politique demeure cependant vulnérable.

Abdelmounaïm DILAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc