×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

L'éditorial

Par L'Economiste| Edition N°:34 Le 18/06/1992 | Partager

L'Intérêt Général et l'Ordre Public" sont deux concepts fondamentaux en droit interne, ils commencent désormais à s'imposer également sur le plan international.
Jusqu'à ces dernières années la Société Internationale et partant les relations internationales étaient fondées sur la notion de compromis. Les Etats avaient des intérêts divergents par nature, puisqu'ils appartenaient à des blocs économiques et sociaux différents. La notion d'intérêt général n'avait donc pas sa place. Le bloc socialiste n'existe plus maintenant, il n'y a plus que des Etats se réclamant de la conception libérale, la nature des relations internationales change en conséquence, peu à peu, se dégage un ordre international fondé sur quelques principes devant être considérés comme d'intérêt général. Ces principes sont ceux relatifs aux droits de l'homme et à l'écologie. Les premiers étaient déjà exprimés par les multiples conventions et déclarations existantes, il ne restait qu'à les consacrer. La conférence de Rio qui vient de s'achever contribue à dégager les seconds.

En effet, la Conférence de Rio a débouché sur 5 accords:
- action 21: il s'agit d'une liste de 800 pages de buts et objectifs à atteindre relatifs à l'écologie et au développement;
- la déclaration de Rio qui affirme que tous les peuples "ont droit à une vie saine et productive en harmonie avec la nature";
- la déclaration de principes sur les forêts
- le traité sur la diversité biologique, celui que les Etat-Unis ont refusé de signer;
- enfin le traité sur les changements climatiques.
Certes, sur les cinq accords, les trois premiers ne sont que des déclarations, mais la Conférence a fortement contribué à renforcer un état d'esprit qui s'impose de plus en plus.
Cependant, l'intérêt général ne signifie pas forcément celui de tout un chacun, l'intérêt général de la société ne coïncide pas toujours avec celui de chacun de ces membres.

L'ECONOMISTE

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc