×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    L'éditorial

    Par L'Economiste| Edition N°:462 Le 12/03/1999 | Partager

    Inamicale. C'est ainsi que Paribas et la Société Générale ont qualifié la BNP, venue perturber leurs fiançailles par un OPE. Comme si "l'amitié" existait en affaires, en charge déductible ou produit hors-bilan.
    Ce premier mot est significatif pour suivre cette opération, importante pour nous, en raison des implications des trois banques françaises dans l'économie marocaine. Les banques s'émancipent de l'Etat qui nationalisait, privatisait, régulait: l'Euro et la BCE sont venus limiter son pouvoir.
    Ce n'est plus une affaire franco-française où les banques se partagent le marché et fondent l'activité internationale sur les opérations avec les anciennes colonies.
    Les Français sortent de leur cocon, mesurent leurs chiffres en Euros et en Dollars, veillent à leur classement international, aux côtés des britanniques et des Suisses. Si la fusion aboutit, la SBP sera la première du monde. C'est la course à la concentration où chacun se pose en absorbeur avant d'être absorbé. Les dirigeants, issus du microcosme politico-financier, se donnaient de prudents "cher ami". Voilà un "coup d'éclat" du patron de la BNP, qualifié "d'aventure" par ses détracteurs.
    L'OPE peut réussir et conduire à des regroupements au Maroc, ou échouer. Mais surtout cet état d'esprit qui change dans les Finances françaises, finira par contaminer les filiales locales et, partant, tout le marché.
    Cela nous changera des taux d'intérêt qui baissent d'un petit point et des crédits accordés que sur caution personnelle.
    Mais nos banquiers resteront, eux, bons amis.

    Khalid BELYAZID

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc