×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Krach programmé

Par L'Economiste| Edition N°:3677 Le 14/12/2011 | Partager

Les feux de l’actualité sont braqués sur le monde politique. On y découvre, enfin, des hommes (très peu de femmes) qui n’ont pas peur de communiquer, y compris quand il s’agit de rencontre avec le Souverain. Le PJD a déjà transformé les moeurs politiques sur ce point. C’est loin d’être anodin!
Des politiciens se souciant de l’existence des électeurs, même après le scrutin, voilà une agréable nouveauté.
Celle-ci, néanmoins, ne doit pas occulter le caractère pressant des enjeux économiques.
Certes Marrakech reçoit les Bourses africaines pour promouvoir le Made in Morocco. Certes le Centre marocain de conjoncture s’est appliqué hier matin à examiner les avantages et handicaps de l’offre marocaine dans un environnement très perturbé et de plus en plus compétitif. Certes Bank Al-Maghrib de son côté rappelle les enjeux et les risques de la baisse de qualité des finances publiques…
On peut se demander si ces analyses sont écoutées. En effet, rares sont les opérateurs et les politiciens qui aujourd’hui s’intéressent à un risque majeur de séisme financier, présent dans l’économie marocaine. Pour résumer, chaque jour qui passe grignote des réserves en devises que l’économie nationale n’arrive plus à renouveler. Chaque jour qui passe accroit la probabilité d’un effet ciseau entre la politique intérieure de hausse du pouvoir d’achat et la compétitivité extérieure pour pouvoir financer cette hausse. Si rien n’est radicalement changé dans cette infernale configuration, le choc se produira dans 18 mois-2 ans.
Un changement de référence politique est toujours une chance historique pour rebattre les cartes de la politique économique. Le Maroc a ce changement en main, mais se préoccupe-t-il suffisamment des enjeux économiques, lesquels débouchent automatiquement sur des enjeux sociaux ?
La question est posée.
Pas de réponse pour l’instant.

Nadia SALAH

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc