×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    Kigali

    Par Nadia SALAH| Edition N°:5246 Le 06/04/2018 | Partager
    nadia_salah.jpg

    Il y a presque un  demi-siècle, Ali Yata, regrettant un vote unanime en faveur d’un accord commercial, avait dit que l’unanimité est le signe que personne n’a préparé le travail comme il faut. Il eut raison, mais on l’oublia.

    Le 21 mars dernier, à Kigali, s’est tenu un sommet de l’Union africaine, avec trois accords sur la table. Le Maroc en a signé un seul, semble-t-il, celui sur le commerce. Il a, toujours semble-t-il, laissé de côté la déclaration globale et l’accord sur la libre circulation des personnes.

    Du moins semble-t-il,  car, de nos jours, il est plus facile de prendre un billet pour  des vacances sur Mars que d’obtenir une reddition des comptes par le gouvernement, et ce malgré les invitations pressantes de la Banque mondiale. Mais c’est une autre histoire.

    Deux grandes puissances du continent, le Nigéria et l’Afrique du Sud, sont restées en dehors de l’affaire. Quant au Maroc, il a maintenant un nouvel accord de libre-échange, alors que l’on s’interroge sur le bien-fondé de ces zones.  Mais,  comme au temps des années de plomb, les citoyens sont sommés d’applaudir unanimement.

    Une voix indépendante pourtant, celle de la patronne des patrons. Si Miriem Bensalah-Chaqroun approuve l’idée panafricaine, elle a souligné que ce genre d’accord se prépare.  En effet, en commençant par le début, une zone de libre-échange n’existe que si elle a une frontière extérieure. Une seule. Cela ne va pas être simple d’expliquer que Rabat veut garder une taxe sur les voitures asiatiques quand toute la Corne de l’Afrique en fait son miel.

    Les citoyens marocains ne sont pas immatures. Ils ont bien compris la nécessité d’être dans l’accord mais ils auraient apprécié ne pas être traités comme des enfants indignes d’être tenus au courant de leurs propres affaires. Ces citoyens ne veulent pas avoir devant eux des responsables donnant le sentiment d’être incompétents ou de vouloir déguiser la vérité.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc