×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Innovants

Par L'Economiste| Edition N°:3307 Le 28/06/2010 | Partager

L’imminence d’une nouvelle cession de Maroc Telecom en Bourse fait partie de ces événements rares pour ne pas être signalés. Il faut bien évidemment se réjouir de ses perspectives. L’entreprise, on le sait, fait partie de ces enseignes qui donnent le la, qu’il s’agisse de la Bourse ou du Budget. Le souvenir du rush de 2007 pour la fameuse cession des 4% est toujours vivace. Du coup, l’éventualité du prochain essai fait saliver plus d’un. Une certitude: les investisseurs ont faim. Depuis le retrait de l’ONA-SNI, ce sont plusieurs milliards de DH qui sont à l’afflût des opportunités de placement. Et à ce titre donc, une offre Maroc Telecom constitue un gisement inconditionnel.Sur ce projet, le gouvernement cherche sans doute à faire d’une pierre plusieurs coups. Il y a bien évidemment l’objectif classique de ressources supplémentaires pour le Trésor. Avec près de 5 milliards de DH déjà inscrits dans la loi de Finances. Au-delà, la symbolique n’est pas à négliger. Cette opération contribue à envoyer un nouveau message qui s’ajoute à d’autres, témoignant d’une amélioration et montrant que le secteur financier retrouve progressivement ses esprits, même si pour la Bourse spécialement, la situation est contrastée d’un jour à l’autre. Dans la liste des signaux, la réactivation de la trame juridique (titrisation, marché à terme..) en est une traduction parfaite. Le rôle des derniers textes est central pour le bon fonctionnement de l’édifice. Ils vont sans doute améliorer la qualité des produits qui sont introduits sur le marché financier. Ne l’oublions pas, la remise en ordre de ce marché conditionne celle de beaucoup d’autres. Car ce sont les pays qui ont les marchés financiers les plus actifs, les plus innovants, qui ont les coûts d’accès au financement les plus faibles.Mohamed Benabid

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc