×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 205.794 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 264.541 articles (chiffres relevés le 5/6 sur google analytics)
L'Edito

Info

Par L'Economiste| Edition N°:1971 Le 04/03/2005 | Partager

Un premier cas de variante humaine de la maladie de la vache folle au Maroc. Le ministère de la Santé a jugé utile d’en informer les citoyens. Ce qui est une réaction somme toute banale, sous d’autres cieux, peut ici paraître comme un changement fondamentalement majeur dans les pratiques qui existent en matière de communication officielle. Il y a six ans, L’Economiste avait enquêté dans une affaire similaire sur la base d’informations recueillies auprès de milieux médicaux. A l’époque, il y avait visiblement une volonté d’étouffer le dossier. Une attitude qui traduisait à notre sens un modèle dépassé en matière de communication. Celui de gouvernements qui après l’indépendance ont verrouillé leur système, au motif qu’il fallait protéger un climat de cohésion nationale, que menacerait l’info objective. Tout ce qui était critique ou anticonformiste à l’égard des sources officielles, était forcément malvenu. Aujourd’hui, la donne a changé. L’information institutionnelle reste certes toujours difficile d’accès. Mais ce qui est nouveau, c’est la montée en puissance d’autres sources. Les données sur les situations des pays se multiplient auprès de sources internationales. C’est aussi le prix de l’ouverture dans laquelle s’est engagé le Maroc. Des mines d’informations existent dans les rapports des institutions mondiales mais aussi dans des sources alternatives qui peuvent parasiter l’info officielle, même si leur authenticité est parfois sujette à caution. Cachez aux journalistes les véritables chiffres sur le divorce, ils feront du recoupement auprès d’ONG. Dressez-leur un tableau idyllique de la situation macroéconomique, ils iront voir du côté des agences de notation. Abreuvez-les de politiquement correct, ils s’intéresseront aux weblogs sur le sujet. L’info s’est démocratisée. C’est à double tranchant, mais ce sont les règles du jeu. Mohamed BENABID

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc