×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Indécence

Par L'Economiste| Edition N°:4552 Le 22/06/2015 | Partager

Nos amis Danois et Hollandais, qui ont la langue alerte et la dent dure pour critiquer les systèmes politiques comme celui du Maroc, ont, par voie électorale, accru les pressions racistes, dans leur propre régime politique.
La Hongrie, dont l’UE avait chanté la transition, investit aujourd’hui dans un mur sur sa frontière avec la Serbie. La Grèce, qui n’a pas trois sous vaillants, s’est offert un mur face à la Turquie. Et ne parlons pas des hautes lignes triples barbelés à  Sebta et Melilla, des barbelés que la police marocaine est, elle aussi, tenue de protéger et ce, sur les propres deniers du Maroc.
Eux qui voyaient dans l’Union européenne une forteresse en construction ont eu raison avant la lettre.  Pourtant deux observations de bon sens devraient amener nos voisins et alliés à un peu plus de raison.
D’abord, ce sont eux, embrigadés derrière l’inconséquence de la politique étrangère américaine qui ont créé tant de désordres et de misère autour de l’Europe. Quelles habiletés n’a-t-il pas fallu déployer en Turquie et de l’autre côté en Algérie et au Maroc, pour échapper à cette entreprise de destruction systématique des sociétés sud-méditerranéennes?! La responsabilité de la nouvelle pression migratoire est clairement dans la politique des Européens, qui devraient avoir la décence d’offrir quelques compensations.
Deuxièmement, on sait parfaitement que le développement libéral est le seul bon frein à l’émigration. La Turquie et le Maroc en sont la preuve socio-économique: ils accueillent maintenant plus de migrants chez eux qu’ils n’en envoient en Europe. A remarquer de plus que dans le cas du Royaume, ce sont aussi des jeunes qui restent après leurs études, parce qu’ils trouvent à s’engager dans la croissance du pays.C’est dans ce modèle, pas dans les murs, qu’est la stabilité de la région.
Nadia SALAH
 

Nadia SALAH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc