×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Incompétences

Par L'Economiste| Edition N°:2862 Le 17/09/2008 | Partager

Lundi matin aux aurores, le président russe Medvedev (dont on dit qu’il n’a pas été élu démocratiquement) s’est obligé à une déclaration pour rassurer les Russes, avant l’ouverture des marchés, sur les fondamentaux financiers du pays. Aux aurores aussi mais américaines celles-là, le président Bush a expliqué aux citoyens et financiers américains quel était exactement l’état du marché, dans le but évident que les citoyens ne cèdent pas à la panique et ne se fassent pas «plumer» par des petits malins qui répandent l’affolement autour d’eux pour racheter à très bon compte..Au Maroc, 48 heures après le déclenchement d’une crise beaucoup trop brutale pour être raisonnablement explicable, c’est toujours le black-out chez notre gouvernement. Pourtant, ce n’est pas faute d’avoir insisté… Dans cette crise, les risques politiques sont pourtant évidents : fonte des réserves des compagnies d’assurances qui vont être obligées de recapitaliser, baisse brutale des prix au moment où la CDG va faire de gros achats donnant une belle opportunité d’accuser le gouvernement et les entreprises publiques de manipuler les cours (ce qu’ils ne font pas alors qu’ils donnent toute l’apparence de le faire!), de nombreux épargnants qui vendent affolés, donc à perte, à des acheteurs plus malins et qui, eux, raisonnent à moyen et long terme…Si le gouvernement cherchait à être accusé d’incompétences, de tromperie et de favoritisme… il n’agirait pas autrement qu’il le fait aujourd’hui. Il garde un silence obstiné sur une crise dont les ressorts sont avant tout psychologiques et qui va, n’en doutons pas une seconde, profiter à ceux qui garderont leur calme pour voir leurs intérêts à moyen et long terme.Un gouvernement quel qu’il soit est responsable de l’ordre public où nul ne peut profiter impunément de la faiblesse de ses contemporains. Un gouvernement qui se veut démocratique a ce principe inscrit dans ses gènes… Même Medvedev le sait…Nadia SALAH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc