×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Immobilier

    Par L'Economiste| Edition N°:3051 Le 22/06/2009 | Partager

    Addoha qui se distingue à Saïdia… l’événement ne surprend qu’à moitié pour un groupe qui a su au fil des ans investir dans les efforts de restructuration. Le plébiscite ne doit pas cependant camoufler les problèmes de l’immobilier.Dans ce domaine, on le sait, le marché régule très mal, et personne ne s’amusera à cautionner la santé réelle du secteur ni la moindre tendance. L’organisation de l’immobilier présente plusieurs faiblesses, à commencer par l’impossibilité de procéder à une analyse à travers la logique de l’offre et de la demande. Les procédures de fixation de prix restent imparfaites, opaques, elles-mêmes dépendantes de gisements de coûts, déclarés ou pas, en amont. C’est-à-dire lors des étapes d’acquisition foncières, de matériaux de construction, d’immatriculation et de titrage. Cette situation a une double conséquence:D’abord celle d’obérer, en l’absence de paramètres objectifs, l’image de l’activité lorsque les prix flambent. C’est ce qui s’est produit pendant des années avec une poussée spéculative bien au-delà du raisonnable. Poussée qui, doublée de la défiscalisation de l’économique, a d’ailleurs attiré bon nombre de professions (médecins, dentistes…) à se mettre à la promotion immobilière. Ensuite, l’incapacité à jauger la résistance à la crise. Certes, la consommation dans le segment économique, et moyen standing, où la demande est toujours importante, a sans doute permis de mieux négocier la conjoncture actuelle. Mais tous les opérateurs n’ont pas joué la carte de la diversification. Le départ de certains opérateurs du Golfe ayant investi exclusivement sur le résidentiel de luxe n’augure d’ailleurs rien de bon. L’Etat est incapable, pour l’heure, d’apporter les ajustements nécessaires.Mohamed Benabid

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc