×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

L'Edito

Historique

Par Nadia SALAH| Edition N°:4820 Le 25/07/2016 | Partager

Oui, il a tenu bon et il y est arrivé. Sur deux dossiers que personne n’avait eu le courage d’aborder, le chef du gouvernement, Abdelilah  Benkirane, a réussi un et demi. La question des retraites des fonctionnaires traînait depuis le début des années 1990. Benkirane l’a fait voter et ce avec une coalition majoritaire bien courte, toujours prête à le trahir. On ne comptait plus les communiqués et colloques pour critiquer une réforme «paramétrique», comme s’il existait une autre manière de sauver une caisse de retraite menaçant ruine. Benkirane dit que c’est «historique». Il a raison. Même s’il reste à savoir s’il n’y a pas des promesses cachées dans cette affaire, il ne faut pas en négliger l’importance.
Le deuxième dossier,  les subventions aux énergies fossiles importées, n’a été conduit qu’à moitié. Seule l’essence a été «dé-subventionnée», sans que cela ne gêne la consommation et les déplacements: jamais les ventes de voitures n’ont été aussi fortes. Depuis la décennie 1990, on avait produit des dizaines et des dizaines d’études et de rapports, sans la moindre action. Certes, Benkirane n’avait pas à passer devant les élus, mais il avait contre lui ses alliés du gouvernement et une partie de ses PJDistes. Sans compter l’opposition bien sûr. Il a forcé le passage, heureusement, car aujourd’hui l’Etat marocain serait par terre. Mais il s’est arrêté en chemin, devant le gaz butane, où il n’y a même pas un début de projet d’idée d’adaptation progressive.
Donc, dans cette colonne (comportant plus souvent des critiques que des compliments), ne boudons pas notre soulagement de voir l’Etat mis à l’abri des deux plus grandes débauches financières qu’étaient le calcul des retraites des fonctionnaires et les subventions à l’essence.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc