×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Grotesque

Par L'Economiste| Edition N°:2186 Le 04/01/2006 | Partager

L’offensive des islamistes contre «Marock», relayée par jalousie par certains milieux sur un film qui n’est même pas encore sorti en salle, est le genre de polémique gratuite et surtout décalée de la réalité et de l’évolution de la société. Néanmoins, à en juger par le déclencheur de tout ce brouhaha, il y a de quoi s’inquiéter du sentiment d’intolérance que ces maîtres censeurs expriment ouvertement. Ces ayatollahs se déchaîneraient contre une scène dans le film Marock où une jeune Marocaine musulmane et un garçon de confession juive, également marocain, s’embrassent. Il n’en fallait pas plus pour que les «gardiens» autoproclamés de l’ordre moral entrent en scène. Leur agitation tranche d’ailleurs avec la sérénité de la jeune réalisatrice du film. Celle-ci ne doit surtout pas céder au chantage des obscurantistes en modifiant quoi que ce soit à son œuvre. La rumeur dit que ces censeurs auraient préféré le scénario inverse, c’est-à-dire que ce soit une fille juive qui tombe amoureuse d’un jeune musulman. Grotesque! Jusqu’à preuve du contraire, personne n’a le droit de choisir pour le public, qui est capable et mûr pour se faire lui-même sa propre appréciation de la qualité d’une œuvre cinématographique.Cette nième offensive de ces ayatollahs ne doit pas être prise à la légère. Ils veulent tout simplement prendre en otage la création artistique sous le prétexte fallacieux de «préserver les mœurs bidonvilles». Tant qu’ils y sont, qu’ils débranchent aussi les millions de paraboles qui surplombent les toits d’immeubles et de bidonvilles. Non, la culture marocaine est assez solide et n’a pas besoin de radars de surveillance que veulent lui imposer des groupuscules d’intolérants. D’ailleurs, dès que Marock sera programmé en salle, nous serons des milliers à aller le voir. Avec la scène d’amour.Abashi SHAMAMBA

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc