×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Green attitude

Par Radia LAHLOU| Edition N°:4906 Le 28/11/2016 | Partager
radia_lahlou_edito.jpg

Que l’on se situe au nord ou au sud de la planète, nous avons tous la même préoccupation, le même devoir. Epargner la terre pour que subsistent les générations futures. Ce n’est pas parce que la COP22 vient de se clôturer que l’élan peut s’amenuiser. Bien au contraire, c’est maintenant plus que jamais qu’il faudra s’évertuer à mettre en pratique tous les grands discours et les petites idées, parce qu’au Maroc, il  y en a à foison. Il n’y a qu’à voir les foultitudes de petits projets qui naissent ça et là, parfois faute de moyens, parfois par ingéniosité, et dont l’inventivité a fait le tour du monde. Le Haut-Commissariat au plan tire encore une fois la sonnette d’alarme quant à la gravité des conséquences du non-respect de l’environnement. Comme dans le documentaire catastrophe de Al Gore, nous aurons à subir des baisses spectaculaires de précipitations et à vivre dans un stress hydrique sans aucune commune mesure avec ce que nous pouvons imaginer. Nous, peut-être moins, mais nos descendants, certainement.
À ces générations à venir, nous devons au moins une chose pour réparer tous les outrages et offenses commis envers la terre mère: leur apprendre de nouvelles attitudes et qui ne doivent pas demeurer de l’initiative des petites gens qui affrontent un quotidien pénible et qui essaient de trouver une solution pour s’en sortir. Cela doit devenir une green attitude, comme on parle de green bonds, de green buildings, ou de green projets. Comme le civisme, ce sont des choses qui doivent être enseignées à l’école dès le plus jeune âge, pour que l’on respecte la terre comme on respecte autrui. Et la tâche semble bien ardue, vu que, même en matière de civisme, nous sommes encore loin du compte. Il n’y a qu’à essayer de circuler quand il pleut dans n’importe quelle ville du pays pour réaliser dans quel chaos de non-droit nous sommes empêtrés. Et si, par manque de respect envers elle, la planète se fâchait, que ferions-nous face à un déluge?

 

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc