×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Gouvernement

Par L'Economiste| Edition N°:2631 Le 16/10/2007 | Partager

Ce n’est peut-être pas le gouvernement de tous les talents, mais Abbas El Fassi a montré une grande habileté. Certes, la démocratie ne se retrouve pas particulièrement renforcée à l’issue des acrobaties de coloriage politique du week-end dernier. Reste que le cru n’est pas si mauvais que cela, les derniers arbitrages ayant conduit globalement à un gouvernement équilibré. El Fassi a surtout évité le piège des postes-récompenses. Il y a bien eu des nominations de cadres du parti. Mais les choix, à quelques exceptions près, devraient être difficilement discutables, les profils ayant une expérience gouvernementale et/ou une expertise avérée. La forte présence féminine (pas moins de 7 ministres) et, qui plus est, de jeunes permet au Premier ministre de tenir sa promesse d’ouverture et de parité. Cette cuvée, l’on peut également y entrevoir un message aux partis pour qu’ils rajeunissent leurs cadres. En particulier chez les formations pour lesquelles les résultats du 7 septembre auront été une véritable blessure politique. Le taux de participation aux dernières élections a montré à quel point la base politique sur laquelle s’appuie le gouvernement était étroite. Il est donc important de remonter la pente pour rassurer les Marocains sur l’avenir de leur classe politique. Pour y arriver, il est important de s’entourer du plus grand nombre de talents disponibles et de tenir ses engagements sur le chantier des réformes. Pour El Fassi, ce chantier ne sera pas de tout repos. Les rebondissements de la fin de la semaine dernière, à travers le revirement du MP, ont en effet conduit à une étrange situation politique, qui risque d’être décisive quant à la qualité du travail de l’équipe El Fassi. En tout cas, le fait que le nouveau gouvernement n’ait pas de majorité parlementaire stable à moins de compter sur la carte El Himma, doit être pris en compte. Il promet des débats parlementaires houleux entre majorité et opposition. Osons espérer qu’il ne sera pas un facteur de blocage.Mohamed BENABID

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc