×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Gouvernance

    Par L'Economiste| Edition N°:4220 Le 25/02/2014 | Partager

    C'était il y a à peu près 7 ans. Au cœur de l’automne 2007, l’opinion publique  découvrait une production nouvelle: le rapport de la Cour des comptes. La suite a montré combien l’exercice pouvait être vertueux sur le plan démocratique. Oui, l’administration gaspille toujours, n’est pas toujours capable de justifier des dépenses. Oui, la fraude a une propension naturelle à se sophistiquer dès que le contrôle est là.  Néanmoins, la tradition de la reddition des comptes s’installe progressivement. N’oublions pas d’où l’on vient. Il y a 20  ans à peine, le sujet  principal, en dehors des gros scandales qui éclataient de manière sporadique comme pour les cantines scolaires, portait sur le grand déficit de moralisation publique.  Aujourd’hui, les attentes se situent plus par rapport à la fraîcheur des données analysées et la nécessité pour la Cour des comptes d’améliorer les délais de traitement et de publication. Bien entendu, dans la surenchère démagogique, la tentation sera encore une fois de relativiser la portée des derniers rapports,  puisqu’il n’y a pas beaucoup de révélations bouleversantes comme pour le cru 2008 (avec les affaires ONDA, CIH), de considérer que les versions Jettou sont plus édulcorées que celles de son prédécesseur Midaoui. Or il apparaît clairement, à l’aune des tentatives de justifications des administrations interpellées, que la pression du contrôle soit une nouvelle donne avec laquelle compose la gouvernance publique. Y compris au prix de petites victoires pour l’heure...
     

    Mohamed Benabid

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc