×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

L'Edito

Gisements

Par L'Economiste| Edition N°:3165 Le 08/12/2009 | Partager

Voilà un océan de richesses que l’on commence à observer, analyser, évaluer. L’informel. L’on voit d’ores et déjà la CNSS, les impôts, saliver à l’idée de réintégrer toutes ces «entreprises» exonérées pour l’heure de l’essentiel des prélèvements sociaux et fiscaux. Comment ramener toutes ces structures, dont certaines sont de véritables bizarreries statutaires -comme pour l’informel patenté- à se déclarer.Initier ou accompagner efficacement de telles transformations requiert probablement de la méthode. On le voit bien aujourd’hui dans les chiffres du HCP, pendant que des activités légales sont bridées par des freins en tout genre, l’informel gagne du terrain. Si la nécessité de trouver des moyens de dissuasion semble évidente, les liens entre la sanction et le comportement des structures informelles concernées semblent difficiles à établir.Une chose est sûre, il ne faut en aucun cas enrayer la machine car elle est créatrice d’emplois et de revenus pour des milliers de familles. Ensuite, focaliser le débat exclusivement sur le volet répressif est une erreur car celui-ci n’amènera pas à lui seul un comportement vertueux de l’ensemble des acteurs. En réalité, dans beaucoup de situations, dans une sorte de loi de Gresham inversée, où la bonne monnaie chasse la mauvaise, c’est le marché qui sanctionne. Et si ce n’est pas le cas, c’est que l’offre légale dans ce secteur n’a pas suffisamment pu être attractive. Les percées effectuées par la grande distribution dans les océans d’informels du Nord et de l’Oriental ne s’expliquent pas autrement. Le débat sur l’informel devrait être porté par des considérations de fond permettant d’aller de l’avant et d’aider à la reconfiguration d’industries et à la redéfinition de modèles économiques permettant des innovations en matière de stratégie et de produits. La conversion de ces gisements en points de PIB déclarés à la CNSS et aux impôts passe sans doute par là.Mohamed Benabid

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc