×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Garage politique

Par L'Economiste| Edition N°:2379 Le 10/10/2006 | Partager

Avec une rapidité inattendue, le gouvernement a donc répercuté les premières baisses des prix du pétrole. Il est peut-être allé un peu plus vite que la musique, mais qui s’en plaindra?Certains petits désordres d’application sont apparus chez les pompistes, car le ministère de l’Energie et des Mines a, comme d’habitude, cédé à ses démons: le moins d’information possible, au moins de personnes possibles, le plus tard possible… Cela engendre-t-il désordres, injustices et spéculations? Mais tant pis, semblent penser les fonctionnaires de ce ministère, ministre en tête.Ce n’est peut-être pas de leur faute. Depuis trente ans, ce département sert de sinécure à des politiciens dont on ne sait que faire. Pourtant, quand on veut bien s’en occuper, on arrive à faire bouger ce secteur: il n’a fallu que de quelques mois à la fin des années 90, par exemple, pour renverser une tendance de cinquante ans décourageant la recherche minière et pétrolière! Mais quelques mois n’ont pas suffi à tout faire: La Samir traîne pour exécuter son cahier des charges et la circulation automobile est un problème de santé publique tant les carburants du Maroc sont polluants? Le ministère s’en moque! L’Algérie tisse un réseau de gazoducs marginalisant économiquement et politiquement le Maroc? Le ministère regarde ailleurs. Le taux de la croissance économique dépasse les projets de production d’énergie? Qui cela intéresse-t-il? Le pétrole sera une énergie de plus en plus chère au fur et à mesure que la Chine et l’Inde se développeront? Pas de quoi faire sortir le ministère de sa torpeur! Il faut poser clairement et vite le dossier du nucléaire? Le ministre dément mais ne propose rien d’autre!Aujourd’hui où l’énergie est une matière hautement stratégique, dans l’intérêt du développement du Royaume, il serait grand temps de mettre fin à l’usage politique que ce département serve de voie de garage!Nadia SALAH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc