×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Frousse

Par L'Economiste| Edition N°:2391 Le 31/10/2006 | Partager

C’est le Premier ministre lui-même qui a ouvert le débat sur la politique énergétique. Ceci souligne évidemment l’importance du sujet. Depuis des lustres, nul ne s’est préoccupé de savoir s’il y avait une politique ou seulement une collection d’actions, sans lien entre elles.En fait, un seul des cinq piliers de ce qui devrait être une vraie politique est effectivement à l’œuvre: l’approvisionnement régulier. On se demande s’il s’agit-là d’une politique ou, seulement, de la sainte frousse de devoir expliquer des pénuries à feu Hassan II et maintenant SM Mohammed VI. Il n’y a pas eu que l’électricité qui avait été coupée, lors des pénuries d’il y a quinze ans. Quelques têtes pourtant haut placées ont été coupées aussi!Mais la frousse, même colossale, ne construit pas une politique.C’est ainsi que le Maroc a l’un des plus bas niveaux de consommation énergétique par tête, ce qui fait de lui un pays parmi les plus pauvres de la planète, avec globalement une très faible efficacité de son travail. Pendant ce temps, on subventionne à coup de milliards le butane sans pouvoir empêcher la déforestation. On croit s’en tirer en ne répercutant pas les hausses du pétrole, mais en réalité on ne fait qu’accompagner le gaspillage. Voilà à grands traits où conduit l’absence de politique cohérente: le Maroc croit qu’il suffit de donner quelques coups à droite et à gauche refusant de voir qu’il use ses forces sans rien produire de sérieux.Mais ne boudons pas notre soulagement de voir le débat enfin ouvert. Espérons qu’il ne fait que commencer. En effet, il serait dramatique pour le pays de se croire quitte d’une stratégie en alignant quelques conférences données par de brillants techniciens.Ce n’est pas en cela que consiste une vraie politique et, faut-il le rappeler, de bien plus forts que nous sont capables de déclarer la guerre et d’envoyer la troupe, juste pour une question d’énergie!Nadia SALAH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc