×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

L'Edito

Folie!

Par L'Economiste| Edition N°:2666 Le 05/12/2007 | Partager

Tout le monde peut le voir de ses propres yeux: dans les plaines irriguées à partir de puits, les éoliennes sont arrêtées et, à leurs pieds, les propriétaires ont construit des pyramides de bouteilles de gaz, en général rouges, parce que la consigne est moins chère.Cela veut dire tout simplement que les agriculteurs savent très bien compter et qu’il est plus économique de profiter à fond des subventions massives sur le gaz en bricolant un moteur à gaz pour remonter l’eau, plutôt que d’entretenir une éolienne. Ces éoliennes, fort souvent, avaient été subventionnées par l’Etat, par des ONG ou par la coopération internationale. Logique : il s’agissait de donner une productivité supplémentaire à l’irrigation dans des zones sans branchement électrique, mais bien servies par le vent. Les sommes dépensées le sont donc maintenant en pure perte, à cause des subventions massives sur les bouteilles de gaz qui, en principe, auraient dû n’être destinées qu’à la consommation des ménages pauvres.Plus incohérent encore, cette politique d’équipement en éoliennes était parfaitement en phase avec la stratégie des énergies renouvelables; mieux, elle mettait le Maroc en avance sur son époque. La voilà complètement ruinée, abandonnée, gaspillée… du fait d’une autre politique: le recul de l’Etat devant un semblant de vérité des prix. En somme, l’Etat défait donc à grand renfort de milliards ce qu’il avait construit à grand renfort de millions. Quelle folie! Quelle inconséquence! Combien d’enfants n’auront pas les professeurs qu’ils méritent dans leur école, pas de terrain de sport, pas de maison de jeunes malgré leur importance stratégique dans la formation d’une jeunesse saine et responsable… parce que trop d’argent va au gigantesque gaspillage énergétique qu’impose l’absence de ciblage des subventions?!On reparle d’Assises de la Compensation… Ce n’est pas trop tôt! Et c’est vraiment urgent: cela coûte 17 millions de DH par… jour!Nadia SALAH

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc