×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Flash

    DIAPO/ TangerMed : La fluidité est de retour

    Par L'Economiste| Le 02/09/2018 - 09:37 | Partager
    TangerMed : La fluidité est de retour

    Après deux jours sous haute tension, la fluidité est enfin de retour au port TangerMed avec des temps d’attente de moins de 14 heures. Le flux de véhicules en partance vers l’Europe a enfin pu retrouver un rythme normal samedi après que les attentes avant embarquement aient atteint les 18 heures. Une situation qui a permis de réduire et même d’éliminer les bouchons de l’autoroute de Melloussa qui mène au port. Un long serpentin, tracé le long de la route nationale desservant le port a permis de rallonger artificiellement le trajet et de servir de tampon supplémentaire afin d’absorber l’important flux de véhicules qui a atteint et dépassé les 1.000 véhicules par heure, lors des périodes noires du jeudi et vendredi derniers.

    A noter que malgré les milliers de bouteilles d’eau distribuées, selon un responsable au port, les MRE se sont plaints d’avoir été laissés à eux-mêmes durant la nuit avec des enfants en bas âge et des malades, sans aucun support. Ce n’est qu’une fois arrivés dans l’enceinte du terminal voyageurs qu’ils ont pu se rafraichir et parer aux besoins les plus basiques.

    A noter que pour arriver à éponger les files d’attente, les autorités portuaires ont du mobiliser l’ensemble des ressources disponibles en programmant des voyages toutes les demi-heures, même de nuit avec une activation de l’interchangeabilité des billets. La flotte composée de douze bateaux est en service sans interruption depuis lundi dernier, assurent des responsables au sein du port.

    Même s’il est encore trop tôt pour tirer des conclusions, il semblerait que l’une des causes de cette situation exceptionnelle et sans précédent dans les annales du port est, en plus des flux extraordinaires, la lenteur de la réaction des autorités espagnoles au port d’Algésiras. Ces dernières n’auraient activé mardi et mercredi que la moitié des postes d’estampillage disponibles entraînant un ralentissement du trafic de bateaux. Une situation dépassée depuis avec l’activation de tous les postes disponibles.

    A.A.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc