×
«Momentum Maroc»
«Momentum Maroc» Par Mohamed Ali Mrabi
Le 01/12/2022

L’ «usine du monde» va mal. Trois ans après l’apparition des premiers cas de la Covid-19 à Wuhan, la Chine n’arrive pas encore à se rétablir. Les choses... + Lire la suite...

Recevoir notre newsletter
×

Message d'erreur

  • Notice : Array to string conversion dans views_handler_argument_numeric->title() (ligne 89 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/modules/contrib/views/handlers/views_handler_argument_numeric.inc).
  • Warning : html_entity_decode() expects parameter 1 to be string, array given dans decode_entities() (ligne 463 dans /home/leconomi/public_html/includes/unicode.inc).

Promotion des investissements: Ce qu'en dit Mohcine Jazouli

Par L'Economiste| Le 10/01/2022 - 19:36 | Partager
Promotion des investissements: Ce qu

Le ministre délégué chargé de l'Investissement, de la convergence et de l'évaluation des politiques publiques, Mohcine Jazouli, a indiqué lundi que le taux d'investissement au Maroc est l'un des plus élevés au monde, représentant 30% du PIB alors que la moyenne mondiale est de 20%.

Lors de la séance des questions-réponses à la Chambre des représentants sur "la promotion des investissements au Maroc", le ministre a expliqué que ce taux important a contribué à la réalisation d'un saut qualitatif en matière d'infrastructures, notamment les réseaux autoroutiers, le train à grande vitesse (TGV) ou encore le port Tanger-Med. Jazouli a souligné que ces transformations ont permis d'attirer davantage d'investissements directs étrangers (IDE) et ont contribué à la création d'une structure industrielle nationale dans des domaines importants tels que le secteur aéronautique et l'industrie automobile.

En revanche, le ministre note que le secteur privé ne contribue qu'à hauteur d'un tiers du total de ces investissements. Il a ainsi estimé que "parvenir à un décollage économique à même de créer des emplois et de la valeur ajoutée dans le pays nécessite de mettre en place une nouvelle stratégie". Celle-ci devrait permettra d'inverser la répartition actuelle entre investissement public et investissement privé et  stimuler l'investissement privé afin d'atteindre, d'ici 2035, en moyenne les deux tiers de l'investissement total, comme stipulé dans le Nouveau modèle de développement (NMD)".