×
Starting-blocks
Starting-blocks Par Mohamed Ali Mrabi
Le 25/11/2022

Au milieu de toute crise se trouve une grande opportunité. L’expression prend tout son sens avec l’énorme gisement de croissance qu’offre la filière de l’... + Lire la suite...

Recevoir notre newsletter
×

Message d'erreur

  • Notice : Array to string conversion dans views_handler_argument_numeric->title() (ligne 89 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/modules/contrib/views/handlers/views_handler_argument_numeric.inc).
  • Warning : html_entity_decode() expects parameter 1 to be string, array given dans decode_entities() (ligne 463 dans /home/leconomi/public_html/includes/unicode.inc).

Maroc-Espagne : Des ONG s'insurgent contre les expulsions de migrants

Par L'Economiste| Le 24/08/2018 - 08:25 | Partager
Maroc-Espagne : Des ONG s'insurgent contre les expulsions de migrants

Amnesty International s’est dit "gravement préoccupé" par les expulsions à chaud de migrants subsahariens par l’Espagne vers le Maroc. L’ONG considère que ces pratiques "pourraient constituer une violation des droits humains des migrants et des demandeurs d’asile potentiels". En raison de leur rapidité d'exécution, les autorités espagnoles et marocaines "peuvent difficilement garantir l'accès à une procédure individualisée avec toutes les garanties…", critique ainsi Amnesty. L’ONG se dit préoccupée par le sort des mineurs non accompagnés ou des minorités sexuelles.

"Il est nécessaire que les procédures soient menées avec les garanties pour éviter que les comportements de l’administration ne soient soumis à un contrôle judiciaire", a aussi souligné Amnesty, alors que l’ONG Caminando Fronteras (Walking borders) a, elle, qualifié l'opération d'"énorme violation des droits humains par le gouvernement espagnol".

La coopération permanente entre l'Espagne et le Maroc en matière de contrôle des frontières et des migrations "suscite de graves préoccupations suite aux plaintes répétées de violations des droits de l'homme par les autorités marocaines contre les migrants, les demandeurs d'asile et les réfugiés". D’après Amnesty, ces personnes doivent être renvoyées dans leur État d'origine ou dans l'État où elles ont entamé leur voyage, au cas où elles n'auraient pas le droit de rester sur le territoire marocain.