×
Conquérant
Conquérant Par Mohamed CHAOUI
Le 09/12/2022

Les ondes positives de la qualification du Maroc au quart de finale de la Coupe du monde ne faiblissent pas. La liesse populaire que cet évènement planétaire a... + Lire la suite...

Recevoir notre newsletter
×

Message d'erreur

  • Notice : Array to string conversion dans views_handler_argument_numeric->title() (ligne 89 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/modules/contrib/views/handlers/views_handler_argument_numeric.inc).
  • Warning : html_entity_decode() expects parameter 1 to be string, array given dans decode_entities() (ligne 463 dans /home/leconomi/public_html/includes/unicode.inc).

Les banques libanaises ferment leurs portes

Par L'Economiste| Le 07/10/2022 - 12:42 | Partager
Les banques libanaises ferment leurs portes

Les institutions bancaires libanaises ont décidé, vendredi, de fermer toutes leurs succursales dans le pays jusqu'à nouvel ordre, après une série de braquages de clients cherchant à récupérer leurs dépôts gelés.

Les banques vont uniquement fournir des services de guichets automatiques et aux entreprises, ont indiqué les médias locaux.

Les banques libanaises avaient déjà fermé leurs portes durant une semaine, le mois dernier, en raison d'attaques en série dans le sillage de l'effondrement financier du pays, mais étaient revenues sur cette décision afin de permettre aux fonctionnaires de retirer leur salaire.

L'Association des Banques du Liban (ABL) avait, aussi, appelé le gouvernement, auparavant, à mettre en place des contrôles formels des capitaux pour remplacer les contrôles informels introduits par les banques en 2019, mais le parlement libanais avait échoué à plusieurs reprises à adopter la loi.

Le gouvernement n’a, par ailleurs, fait que très peu de progrès vers la mise en place de réformes qui ouvriraient la voie à un plan de sauvetage du Fonds monétaire international, afin d’endiguer la grave crise économique.

L'effondrement financier au Liban, qui entre dans sa troisième année, a entraîné une baisse de plus de 90 % de la valeur de la livre libanaise, aggravé la pauvreté, paralysé le système financier et gelé l'épargne des déposants dans la plus grande crise que vit le pays depuis la guerre civile de 1975-1990.