×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Flash

    la Chine convoque l'ambassadeur du Canada

    Par L'Economiste| Le 09/12/2018 - 12:18 | Partager
    la Chine convoque l'ambassadeur du Canada

    La Chine a convoqué samedi l'ambassadeur du Canada à Pékin après l'arrestation « inadmissible et vile » dans ce pays de la directrice financière du géant chinois des télécoms Huawei, rapporte la presse canadienne qui cite l'agence de presse officielle Xinhua. « Une telle initiative ignore la loi et est déraisonnable, inadmissible et vile par sa nature », a estimé dans une déclaration diffusée par Xinhua, le vice-ministre chinois des Affaires étrangères, Le Yucheng, ajoute la même source, notant que le responsable chinois a également qualifié cette arrestation de « sévère violation » des droits de Meng Wanzhou, 46 ans. L'ambassadeur du Canada à Pékin, John McCallum, a été convoqué et Ottawa a été prié de libérer immédiatement la responsable de Huawei, faute de quoi le Canada subirait de « graves conséquences dont la responsabilité reviendrait à la partie canadienne », a poursuivi l'agence Xinhua.

    Meng Wanzhou est détenue au Canada depuis le 1er décembre. Son arrestation s'est produite à la demande des États-Unis qui réclament son extradition. Ils la soupçonnent d'avoir fraudé pour contourner les sanctions américaines contre l'Iran. Meng Wanzhou est soupçonnée d'avoir menti à plusieurs banques sur les liens entre Huawei et l'une de ses filiales, SkyCom, ce qui a permis à cette société d'accéder au marché iranien en violation des sanctions américaines, selon l'avocat représentant le gouvernement canadien, John Gibb-Carsley, qui s'exprimait vendredi pendant une audience devant un tribunal canadien. Le processus d'extradition, dans le cadre d'un accord bilatéral entre les États-Unis et le Canada, peut prendre des mois voire des années avant d'aboutir, en raison des nombreuses possibilités d'appel.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc